SHV/FSVL
Menu

Regio West News

Dernier Regio du Cadre romand en mode Descente du jura à partir du Weiss

Dernier Regio du Cadre romand en mode Descente du jura à partir du Weiss

Olivier Dietrich, 3. September 2023
C'est au départ du Weissenstein que le dernier entrainement officiel du cadre romand se déroule. Les conditions sont fumantes et l'idée de départ est une manche de près de 100 kilomètres en One way vers le Suchet histoire de revenir en terre Romande. On se retrouve a une toute petite dizaine de pilotes au décollage (ou on est loin d’être tout seule). Après un rapide briefing avec Romain, on se lance. Les conditions sont différentes que celle anticipées. La bise est plus forte et plus sud que prévu. La balise sur le Stierenberg face au vent est annulée en vol. Il ne s'agit pas de se mettre au tas dès le début. On se dirige alors directement vers le Chasseral. La stabilité sur la première chaine nous sépare d'entrée. Certains (Romain,Gin et Stéphane) font le choix de la ligne directe (Bienne- Orvin - Nods) dans le bleue et les autres se décalent plutôt sur le Montoz et le vallon de Saint Imier. C'est la deuxième option qui s’avèrera la plus sûre et rapide. Mais là encore les plafonds sont bas et la perspective d’affronter dans ces conditions le val de ruz nous split encore. Christophe et Nelson forcent le passage et se battent jusqu'à Saint Aubin dans des thermique hachés . Avec Sergey ont choisi la voie des nuages qui se forment sur le Doubs. C'est plus long et plus risqué pour la recup (c'est la France). Mais là on trouve de vrais bons thermiques et des plafond à 2500 m. on avance alors plus facilement et enchainons par Biaufond, les Brenet, Musy, la Brevine. A Fleurier la rue de nuage est toujours active mais elle nous décale trop sur la France on traverse donc le Val de Travers pour remonter sur le Chasseron et finir en final gride sur Baulmes. C’était notre but initial mission remplie. On est 2 au final, les autres options se sont avérées plus difficiles. Mais tout le monde a fait de son mieux et c’est une belle façon de finir la saison pour les entrainements. On est fin prêt pour la final de la semaine prochaine avec en prime le retour de Gin dans les airs, Et c'est presque ça le plus réjouissant ;-
Regio West Flatland repport

Visite inespéree des Flatlands

Olivier Dietrich, 1. May 2023
Ce samedi 29/04 nous avons rejoint avec une petite délégation de Romands, le cadre Jurassien et Bernois pour une visite des flatlands au départ du Weissenstein. Avec la météo annoncée, il fallait vraiment avoir la foi pour y croire. Mais ça l'a fait !!! Et on peut remercier en cela, l'optimiste et l'excellente prévision des locaux ainsi que le briefing précis de Flurin (Räber). Les espaces aériens sont complexes dans la région avec la TMA de Bâle, la CTR de Berne et l'Aérodrome de Langenthal. Il s'agit de faire attention où l'on met sa voile. Même avec ces conseils avisés, le vol de groupe s'est révélé bien technique. Déjà au départ pour prendre le bon créneau. L’instabilité a en effet vite conduit à la formation de nuages imposants et on s'est alors retrouvés dispersés sur les crêtes. Pas facile de former des groupes. Ensuite dès 13h00, les surdéveloppements sur le Jura ont mis les versants sud à l'ombre et l'attente devant le décollage en a piégé plus d'un. On est alors un peu forcés de se lancer en ordre dispersé dans la plaine. Heureusement sur les premiers thermiques, des petits groupes se reforment ce qui permet d’avancer efficacement sur les premiers kilomètres. Ensuite c'est un peu plus aléatoire. Au nord un orage nous chasse, au Sud les nuages disparaissent un a un. Du coup, il faut être patient et bien connaitre la région pour pouvoir avancer. A ce petit jeu, nos amis suisses allemands sont les plus forts. On se pose alors tous en sécurité dans l'Emmental. Voilà au bilan on est plus que satisfaits. Beaucoup sont restés au chaud. Nous, nous avons volé et bien volé! Merci encore aux Jurassiens de nous avoir si bien accueillis et motivés. La prochaine fois on remet ça chez nous! A bientôt! Olivier
Rapport Cadre Region Ouest Vercorin

Rapport Cadre Romand Vercorin

Olivier Dietrich, 6. March 2023
Dimanche 05/03/2023, près de 30 pilotes se retrouvent sur le décollage du Crêt du midi au-dessus de Vercorin. Comme souvent dans le Valais à cette époque de l’année, la météo est difficile à anticiper. Le soleil est de la partie et la tendance de Nord aussi. Les plafonds oscillent entre 2700 à 3300m et une belle couche d’inversion à 2000 contrarie certains. Nous lançons une ambitieuse manche de près de 56 km entre le val d’Hérens et le Val d’Anniviers. Au briefing les consignes sont claires, il faut rester haut et profiter de la journée. Au start nous sommes surpris en bien, par un profond de plus de 3000 m. Cela nous permet rapidement de faire le premier zig-zag près du décollage et même à basculer jusqu’au Mont Noble pour les premiers. Les cycles sont assez marqués et certains se retrouvent piégés, contraints à se lancer un peu trop bas sur Nax. Du coup nous nous retrouvons vite dispersés. Les premiers prennent rapidement les balises du Val d’Hérens où des plafonds à près de 3500 les propulsent jusqu’au Val d’Anniviers. L’Aller-retour à Zinal n’est pour eux alors qu’une formalité. Pour les autres c’est plus difficile, piégés dans les basses couches, ils perdent beaucoup de temps pour remonter à travers la stabilité. De plus, l’affaiblissement des thermiques permet au vent de se renforcer ce qui rend le retour du Val d’Anniviers plus ardu. « Comme souvent c’est un peu la double peine : on va moins vite et les conditions sont plus difficiles ». Au final nous sommes tout de même 18 au goal. Bravo à Youri pour sa victoire en Overall et Yevhen en Classe Sport. Le plus important est qu’en fin de journée tout le monde a la banane à l'atterro. Et la Bière n'en est que meilleure. Vivement les prochaines sorties du Cadre
Cadre Regio West 2023

C’est le retour des entrainements du Cadre romand

Fabrice Thiébaud, 22. February 2023
Text : Olivier Dietrich Samedi 18 février 2023, c’est le retour des entrainements du Cadre romand. On a choisi Verbier comme terrain de jeux, histoire de profiter du grand soleil, de ne pas se faire avoir par l’inversion et se protéger du vent d’ouest annoncé en altitude. Une vingtaine de pilotes surmotivés ont répondu à l’appel et nous nous sommes retrouvés dès 10 heures au Châble. Après un briefing d’introduction, une manche en circuit a été proposé. Il s’agissait de parcourir 3 fois un petit triangle entre le Bec des Rosses, la Croix de Cœur et la Pierre Avoi. Et afin de corser un peu les choses, Fabrice nous avait concocté des exercices d’Attaque/Contrôle. A 12 h les premiers thermiques ont pointé leur nez et la manche fût lancée dès 13h15. Le premier tour s’avéra bien piégeux pour le groupe de tête. Les attaques les menèrent en effet sous l’inversion et les condamnèrent à la patience ou pire. Pour les autres, les conditions finirent par s’installer et nous offrirent 3 heures de bonheur bien venues en cette fin d’hiver. Dans l’euphorie on en oublia un peu les consignes et avons profité de cette aubaine pour engranger les heures de vol. Certains arrivèrent tout de même à finir la manche mais l’important n’était pas là… la saison est à présent lancée et la motivation au top, Nous sommes fin prêts pour en découdre lors des prochaines compétitions. On se réjouit !
Entraînement Stierenberg

Entraînement au Stierenberg

Fabrice Thiébaud, 26. August 2022
Une journée du mois d’août qui s’annonce bonne en plaine ? L’occasion est trop belle pour manquer cette journée du 21 aout. Bien que l’entraînement n’ait été annoncé que le samedi, 11 pilotes du cadre romand répondent présent. C’est un jour de traîne, assez humide et plutôt frais, avec un bon gradient. La bise est annoncée faible et plutôt nord : une configuration parfaite pour traverser la pleine. L’idée est figée ; nous volerons du Stierenberg jusqu’en Gruyère. La question d’à partir d’où nous allons sortir en plaine reste ouverte. La journée se veut « entrainement » ce qui veut dire qu’il y a des exercices et non pas une simple manche. L’objectif est de voler en groupe où le plus haut s’écarte du noyau du thermique pour attendre les plus bas. Ceci doit se faire avec deux groupes distincts. Quand nous arrivons au décollage, il y a comme une déception généralisée au sein du groupe : le décollage est dans un cumulus, sur la pleine il y a une sorte de stratus et au-dessus de nous, de magnifiques cumulus ! Les quelques 60 pilotes qui attendent une fenêtre de décollage se retrouvent soudainement agités lorsque le décollage sort du nuage, agitation également ressentie chez nos pilotes du cadre : « Allez… allez… faut y aller !!!! ». Cette situation perturbe passablement le regroupement de nos pilotes en l’air. Néanmoins, tous les pilotes s’attendent au Weissenstein où le plafond thermique est le plus élevé. C’est alors que je donne le go-départ par radio. Nous arrivons jusqu’à Macolin en groupe où les conditions sont très faibles et dans du vent fort. Il faut de la chance et la persévérance pour pouvoir s’accrocher ! 6 des 11 pilotes parviennent à faire la hauteur maximale afin de traverser le lac de Bienne. La technique de vol de grappe fait toute la différence et permet ainsi à 5 pilotes d’atteindre la Gruyère.
Cadre romand du 1 mai 2022

44 km au Gurnigel

Fabrice Thiébaud, 9. May 2022
Par Roger) Comme le transport du "SLC" était déjà organisé, la Regio West, le Jura et BeO ont décidé de s'entraîner ensemble au Gurnigel. La journée s'est déroulée un peu mieux que prévu, si bien qu'il n'y a pas eu de cellules de pluie sur le radar. La bise était toutefois bien perceptible et a nettement décalé et déchiré les thermiques. C'est cependant une journée d'entraînement parfaite pour voler contre le vent ! Comme la base se trouvait à 2000 m d'altitude, nous avons opté pour une tâche exigeante de 44 km. Un groupe avec Roschi a changé d'exercice après le premier TP qui consistait à réaliser un Toplandig sur le Gurnigel ainsi qu'un entraînement individuel selon les besoins de ce groupe. Le passage clé de la manche était la "Wasserscheide" , que beaucoup n'avaient pas réussi à franchir lors du dernier entraînement. Beaucoup l'avait cette fois-ci maîtrisé. La ligne sûre pour atteindre la Wasserscheide consistait à entrer et à sortir par le côté amont, comme l'avait démontré Peter Hürlimann. La ligne plus rapide avait volé Fabrice. Celle-ci comportait plus de risques et nécessitait probablement toute la performance de la voile CCC. => Surtout parce que le Gurnigel était entièrement à l'ombre et que le soleil n'est réapparu qu'à Wattenwil ! Les éléments clés étaient le TP ouest avant l'ESS et, de manière générale, la progression contre la bise jusqu'à Riggisberg. Ici, nous avions vécu en direct ce quétait autrefois d'avancer avec des finesses de de 3 à 7.... Ce fut un combat acharné, certains sont passés par l'arrière de ce TP occidental et ont atterri dans le Rüti, car l'effet de bise en direction de Riggisberg fait que l'air est descendant ;) Une bonne décision a été de voler avant la crête de soaring Gibelegg près de Riggisberg et d'y attendre la liaison thermique. Malheureusement, lors de notre approche, une grande partie était à l'ombre pendant un certain temps, ce qui m'a fait perdre patience et a poussé certains à voler directement vers le but. Aujourd'hui, le peu de personnes au but n'a pas été si tragique, car nous avons fait quelques rotation de récup et nous nous sommes presque tous retrouvés sur ma terrasse pour un débriefing en bonne et due forme. La joie était grande d'être aussi nombreux malgré les prévisions météo plutôt pessimistes. Tous ont été récompensés par de superbes conditions d'entraînement et une boisson rafraîchissante au goal. Enfin, quatre pilotes ont fini la mache. Andy Marks a prouvé que la patience et la persévérance peuvent être payantes ! Félicitations à : 1 Fabrice Thiébaud (Adrian Hachen ) n'a pas passé le goal et a continué à voler. 2 Hans Strahm 3 Andy Marks A se rappeler : - Terminer une manche, quelle que soit la vitesse, devrait être la priorité absolue pour tous ceux qui volent la première et la deuxième année de Comp. - Les passages de vent de face avec une réserve d'altitude supérieure à la moyenne ou voler si possible en groupe. - Les crêtes de soaring sont des endroits d'attente parfaits jusqu'à ce que l'ombre se dissipe. - Face au vent, les flancs exposés au courant portent même dans les grandes zones d'ombre. - Lors d'un entraînement, il est préférable d'interrompre consciemment une manche et de se fixer un nouvel objectif, par exemple de renoncer à un but et à un TP ou d'atterrir dans un endroit sûr, plutôt que de se retrouver bloqué au milieu de nulle part, par exemple par un vent plus fort ou des ombres. - En compétition, conserve ta responsabilité personnelle et ton auto-évaluation. Roger
3ème entraînement du Cadre Romand Wispiele/Moléson

Entraînement du cadre romand : Un Moléson dans les nuages

Fabrice Thiébaud, 26. June 2021
Le samedi 26 juin, nous nous sommes donné rendez-vous au Moléson pour un vol du cadre romand. Les prévisions météo de la veille nous laissaient espérer une journée intéressante, tout en sachant que les conditions ne seraient pas faciles. Selon différents modèles, le plafond serait vers 3000m à Wispile contre seulement 2000-2200m au Moléson. Celui-ci monterait aux alentours des 2400m vers 11h30. Comme la région gruyérienne prévoyait plus d’instabilité, nous nous sommes décidés pour le Moléson. Lorsque nous sommes arrivés au sommet, nous avons constaté que la base des nuages était bien plus basse que prévue. Vers 11h30, les nuages crochaient dès 1600m sans réellement monter au courant de la journée. Nous sommes restés optimistes mais avons tout de même réduit la manche en zigzag de 80 à 60km. Nous savions que si nous arrivions à décoller entre les nuages, il nous serait probablement possible de nous accrocher sur les pentes de Grandvillard. Le départ a été assez chaotique, chacun décollant entre deux nuages. A la radio, nous avons informé que les balises de start n’était pas nécessaire et que la manche reprendrait à Grandvillard. Au final, le plafond n’est jamais monté au-dessus de 1700m. Nicolas et Laurent étaient les seuls à réussir à basculer sur Charmey. Alors que Laurent est juste arrivé à revenir sur Grandvillard, Nicolas a littéralement réveillé son âme de guerrier. Il s’est battu jusqu’à 19h00 et est même parvenu à faire la balise de la Berra qui semblait pourtant impossible avec cette hauteur de nuage. Bravo à lui . Bien que le vol n’ait pas été celui que nous avions espéré, nous avons passé un excellent moment. Nous nous sommes retrouvés au terrain d’atterrissage de Grandvillard où les Championnats Suisses de Delta avait lieu. L’ambiance était formidable et nous avons profités d’(une…) bonne(s) bière(s) et des saucisses. Fait intéressant quant à la météo : Comme le plafond est resté très bas sur la région de la Gruyère, le vent de vallée s’est renforcé, compressé par le plafond bas. Dans le Pays-d’en-Haut, le plafond bien plus haut (2600m env) a créé un appel d’air important dans la vallée de l’Intyamon. Dans les journées normales, le Pays-d’en-Haut est également alimenté en air par les cols du Gros-Mont et vallées parallèles. Comme le plafond très bas bloque ce passage, le vent de vallée a été renforcé. Fabrice
1er entraînement du cadre romand 2021

1ier entraînement du cadre romand 2020

Fabrice Thiébaud, 3. March 2021
Rédaction : E. Emery Rendez-vous à Chalais pour ce premier entraînement de la saison 2021. Les prévisions annoncent une journée stable, néanmoins deux groupes de cinq et un groupe de trois décident de tout de même tenter de boucler une task encore non-définie. Le déroulement de la manche se précise à l'arrivée du téléphérique où Lolo, le local, nous explique comment il verrait le parcours au vu des conditions de la journée : - Une balise un peu avant Evolène - Une balise à Zinal - Une balise à Chandolin - Goal à Chalais Il n'en a pas fallu plus à Emmanuelle pour suivre cette proposition et valider le parcours, bien que Laurent Borella nous ait proposé en Verco-Verbier retour. A 13h30, heure du start, Olivier, Sergey et Nelson prennent la tête jusqu'à Nax où ils sont rapidement rejoints par le reste de la grappe. S'ensuit une bataille jusqu’à la première balise où se trouve « LA » décision stratégique de la manche : soit taper la première balise puis revenir tout de suite par le Crêt-du-Midi, soit espérer trouver une thermique montant suffisamment haut pour transiter par-dessus le pas de lona afin de rejoindre Zinal. C’est finalement la première stratégie qui s’est avérée payante car une inversion à 2700m empêchant tout passage au-dessus de cette altitude. Pourtant, seul Olivier choisit cette option au bon moment, ce qui lui laisse un avantage qu’il conservera jusqu’à la fin de la manche. Le retour sur Zinal par les Crêts du Midi est facile au-dessus de 1700m, En dessous, il faut plus travailler pour remonter. Denis en a d’ailleurs fait les frais et s’est vaché à Vissoie. La dernière balise est facile, il suffit de longer les faces ouest depuis Zinal et, comme par magie, la finesse se fait infinie. Une fois le dernier turn point validé, les pilotes mettent plein barreau sur le goal, situé 1500 mètres en contrebas dans une magnifique fin d’après-midi valaisanne. Pas mal pour une journée stable ! Ce fut une task bien sympathique. Elle a aussi permis de se rendre compte de tous les détails à régler pour la prochaine (gps pas chargé, vario défectueux, radio...) qui s’annonce encore meilleure !
Grandvillard- Suchet

Grandvillard - Suchet

Emanuelle Zufferey, 2. June 2020
Aujourd'hui je laisse la parole à Lolo pour le résumé du week-end. Hier Dimanche nous étions à Granvillard où nous avions comme tâche d’aller tourner au stokhorn et revenir soit 75 kil Nous patientons au nuages pour l’ouverture du start avec quelque conseils à la radio du genre ...hé les gars on ne rentre pas dans les nuages !! Après le start on se jette direct sur Charmey depuis la dent de Broc. Après le passage d’un Col (pour passer du côté lac noire)je me retrouve rapidement avec Youri et Emanuelle avec leurs Enzo 3. Nous cheminons (en nous entraidant)au relief jusque à la balise du stockhorn et en retour on va croiser les survivants Olivier Julien etc ...Et là, cela devient compliqué, de gros nuages et une grosse zone d’ombre nous obligent à changer les plan de rentrée. Je suis Youri et Fabrice qui me montre que le côté lac de Gruyère sera plus facile (que le lac noir). Donc nous prenons là directions et la suite sera facile. 65 kil/h bras haut au nuages avec du +3. Nous glissons sur Cousimbert tranquille . Une dernière balise du côté des gastlosen nous complique le retour (c’est celle que j’avais oublié le dernier week-end ). Mais je peut enfin m’élancer sur la balise qui termine les points temps. Bilan les vieux de la classe 69 bouclent tous le parcours malgré une entourloupette de Lolo qui a pris (je dirais voler) 4s à Samuel (désolé Sam mais l’occasion était trop belle ) Aujourd’hui Le suchet où nous sommes accueilli par Phillipe Briod où son bus est remplacé par un car connu de la Jura Hike & Fly (Briod compagny), parce les navettes qui d’habitude nous montent au décollage sont trop petites pour accueillir tout ce monde. Nous partons pour une manche qui nous paraît très ambitieuse (mais après tout cela fait 5 manches qui dépasse nt les 60 kil). Donc on ne se pose pas trop de question. Après un start difficile nous cheminons le long de la crête jusqu’à Mauborget la radio nous informe que presque tout le groupe est posé à Baulmes. Nous décidons de rentrer à Baulmes pour repartir un peu plus tôt chez nous. Sur le retour nous croisons Gaël Frochaux qui motivé va faire la manche complète. Bravo tu es une machine !! Merci à Olivier et Nelson qui nous ont organisé la manche. C’était très intéressant de cheminer à l’accélérateur sans tourner à une l’altitude de 900m.
Grandvillard

Verbier et Grandvillard

Fabrice Thiébaud, 24. May 2020
Ce week-end prolongé nous a permis de profiter de conditions idéales pour organiser 2 belles manches. Jeudi nous nous sommes retrouvés à Verbier, 24 pilotes pour une manche mémorable qui nous a emmenés à Fionnay, puis à Thyon en passant par le Bec des Rosses et le glacier du Mont Fort. Au retour, passage par la croix de coeur avant de transiter sur les flancs du Rogneux. Nous avons eu la chance de titiller les Combains avant de rentrer au goal avec un crochet par la Croix de coeur. Des plaf à 3900m et finalement assez peu d'influence du vent du Nord. On en a pris plein les yeux. Dimanche, on se retrouve à Grandvillard, où les conditions nous serons protégés du vent du nord. Nous sommes nombreux, 30 en comptant Martin qui est venu nous rendre visite et qui a pris avec lui son appareil photo. Merci beaucoup pour ces belles prises de vue. La manche lancée fait 69 km. Elle nous emmène d'abord le long des crêtes de Granvillard, pour se lancer ensuite en direction de la Berra. Une branche face au vent dans des conditions soutenues. Nous sommes un peu surpris par la force de celui-ci. Mais les thermiques sont généreux et nous emmènent à 2600m. Direction le schwartzsee pour ensuite repartir en direction de Grandvillard en passant par les reliefs arrières. Un dernier effort vent de face pour revenir sur la dent de Broc et goal. Une manche difficile et tonique. Nous sommes finalement 7 pilotes au goal. Tout le monde s'en est à nouveau mis plein les yeux. Merci à tous pour votre participation. Au week-end prochain.
Seite: 1234567
Total: 133 Einträge